Absolute zero

Absolute zero

-273°C Musique Peinture Poésie
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 BARBER-MENOTTI Livret de Vanessa (français)

Aller en bas 
AuteurMessage
Sud273
Admin
avatar

Nombre de messages : 419
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: BARBER-MENOTTI Livret de Vanessa (français)   Ven 2 Mar - 20:47

Gian-Carlo MENOTTI

VANESSA
Opera en 4 actes de Samuel Barber
Première représentation au Metropolitan Opera House, New York le 15 janvier 1958



Personnages

VANESSA, une femme d’une grande beauté
ERIKA, sa nièce, une jeune fille de vingt ans
La BARONNE, mère de Vanessa et Grand-mère d’Erika
ANATOLE, un beau jeune homme d’une vingtaine d’années
Le DOCTEUR
NICHOLAS, Le MAJORDOME
Un VALET de Pied
Le Jeune Pasteur, des domestiques, des invités, des paysans

L’action se passe dans une propriété de campagne, dans un pays du Nord, vers 1905

Note du traducteur :
La traduction est basée sur le livret original de 1957, et non sur la révision de 1964 (trois actes, après fusion des deux premiers). Il s’agit d’une traduction littérale des dialogues. Cependant les airs et ensembles ont été adaptés (et s’éloignent donc parfois de la littéralité) pour les plier à une meilleure adéquation avec la musique, de façon à tenter de rendre ce que pourrait être un texte français ajusté à la prosodie d’origine.


Dernière édition par le Sam 3 Mar - 2:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://absolutezero.1fr1.net
Sud273
Admin
avatar

Nombre de messages : 419
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: BARBER-MENOTTI Livret de Vanessa (français)   Ven 2 Mar - 20:49

ACTE I

Une nuit au début de l’hiver, dans le salon richement meublé de Vanessa. Une petite table est dressée dans ujn coin pour le souper. Tous les miroirs de la pièce, ainsi qu’un grand tableau accroché su le manteau de la cheminée, sont recouverts de voiles. Dans le fond, une large porte-fenêtre ouvre sur un jardin d’hiver plongé dans l’obscurité. Vanessa est assise près du feu, dos tourné au public ; le dossier de son fauteuil la dissimule presque entièrement. La Baronne est assise face à elle, et reste immobile pendant toute la scène, jusqu’à ce qu’elle sorte. A l’autre bout de la pièce, un groupe de domestiques, en tête desquels Nicholas, le Majordome, se tient face à Erika ; un agenda à la main, eelle leur donne des ordres. Une tempête de neige fait rage à l’extérieur.

ERIKA
Potage crème aux perles.

MAJORDOME (il note dans son propre agenda à chaque suggestion)
Potage crème aux perles.

ERIKA
Ecrevisses à la bordelaise.

MAJORDOME
Ecrevisses à la bordelaise.

VANESSA (masquée par le fauteuil)
Trouvez quelquechose de mieux !

ERIKA
Alors… langoustines grillées sauce aux huîtrres.

MAJORDOME
Langoustines grillées sauce aux huïtres.

ERIKA
Faisan braisé au Porto.

VANESSA
Assez de faisan… du canard !

ERIKA
Canard farci sauce savoie.

VANESSA
Trop de sauces.

ERIKA
Palombes rôties nature ?

VANESSA
C’est mieux.
(ERIKA fait signe au MAJORDOME de l’inscrire, ce qu’il fait en répétant à voix basse.)

ERIKA
Gâteau d’amandes au miel.

MAJORDOME
Gâteau d’amandes au miel.

ERIKA
Une bouteille de Montrachet ; deux bouteilles de Romanée-Conti. C’est tout.

VANESSA
N’oublie pas les camelias

ERIKA (aux domestiques)
Ah oui –à cueillir dans la serre, un nouveau camelia chaque matin pour sa table de nuit.

MAJORDOME
Oui, mademoiselle.

VANESSA
N’oublie pas de faire sonner la cloche d’alarme.

ERIKA
Ah oui, dites au gardien de faire sonner la cloche à l’entrée du parc, toute la nuit, au cas où le traîneau se perdrait dans la tempête.
Merci, vous pouvez disposer.

(Les domestiques sortent.)

VANESSA (l’intensité de sa voix traduisant une sorte d’angoisse)
Non, je n’arrive pas à comprendre comment il se fait qu’il ne soit pas déjà arrivé. Aucun message ?

ERIKA (sans émotion aucune)
Ils ont quitté le bourg au couchant ; peut-être se sont-ils arrêter, le temps que la tempête s’éloigne.

VANESSA
Mon inventé n’est pas de ceux qui se laissent arrêter par une tempête, et Karl connaît la route par cœur. Je le renerrai s’ils se perdent.

ERIKA
Il y a tant de neige que cela rend difficile la course des chevaux.

VANESSA
Oh, j’en mourrai s’il lui arrive mahleur !
(portant les mains à sa poitrine)
Mon cœur, mon cœur, je n’en peux plus d’attendre.

ERIKA
Tu n’as rien mangé aujourd’hui.

VANESSA
Je n’avalerai rien avant qu’il arrive.
Mon cœur, mon cœur, je n’en peux plus d’attendre .

ERIKA
Veux-tu que je te fasse la lecture ?

VANESSA
Oui, Erika, lis pour moi.

(Erika va chercher un livres, et revient s’asseoir à côté d’elle devant le feu. On entend au dehors la cloche qui commence à tinter à intervalle régulier.)

ERIKA
Voilà : (elle lit)
Œdipe : « Pauvre, pauvre de moi
Malheureux que je suis !
Où suis-je, où vais-je ?
Où me jette ce naufrage ? »

(Vanessa se lève et arrache le livre des mains d’Erika.)

VANESSA
Tu n’as aucune idée de ce que c’est que lire.
Tu n’as aucune idée de ce que c’est qu’aimer !
(Lisant à son tour en faisant les cent pas)
Œdipe : « Pauvre, pauvre de moi
Malheureux que je suis !
Où suis-je, où vais-je ?
Où me jette ce naufrage ? »
(Elle jette le livre)
Pouruqoi ne vient-il pas ?
(La Baronne se lève lentement, suivie d’Erika)

ERIKA (en l’embrassant)
Bonne nuit.

VANESSA (se tournant vers sa mère)
Même maintenant, vous refusez toujours de me parler !
(Pendant quelques secondes elles se regardent en silence)
Allez, allez : bonne nuit.

(Pendant ce temps, Erika après avoir tiré le cordon, reconduit lentement la Baronne vers la porte ; une soubrette surgit quand elles l’atteignent, qui escorte la Baronne. Elles sortent. Erika se dirige vers la porte-fenêtre qui ouvre sur le parc. Vanessa se rasseoit sur son fauteuil deavnt le feu . On entend toujours sonner la cloche dans la cour d’honneur.)

VANESSA
Neige-t-il toujours ?

ERIKA
Oui, Vanessa.

VANESSA
Regarde, cherche bien au fond des bois ; n’aperçois-tu pas la lueur d’une lanterne ?

ERIKA
Non, Vanessa.

VANESSA
Va te coucher, je veillerai seule.

ERIKA (sans bouger, scrutant toujours à la fenêtre)
Pourquoi l’hiver vient-il si vite ?
Nuit après nuit j’entends le cerf aux abois
Qui erre en pleurant dans les bois,
La chouette gelée hullule
Sur le toît de friable écorce.
Pourquoi l’hiver vient-il si vite ?
Ici, dans la forêt, l’aube ni le couchant
Ne marquent le passage du temps.
C’est un si long hiver.
(On entend au lointain les grelots d’un traîneau.)
Ecoute… ils sont là… J’aperçois les lumières.
(La cloche du portail sonne plus vite et plus fort )

VANESSA (dans un cri hystérique)
Il est venu, il est là !
Va chercher tous nos gens.
Fais allumer la cour.
J’attends ici, et Erika, (elle lui prend les bras)
Laisse-moi seule avec lui, quand il entrera.

(Erika sort. Vanessa marche de long en large dans une grande agitation ; elle s’arrête devant le portrait voilé qui trône sur la cheminée, elle éteint la plupart des lumières. On entend au dehors le brouhaha et l’agitation des domestiques, le bruit caractéristique d’un visiteur qui arrive. Elle s’assoit près du feu, dos tourné à la porte. Soudain la porte s’ouvre. Dans la demi-obscurité, on entrevoit la figure d’Anatole, debout dans l’encadrement, nimbé par la lumière du hall)

VANESSA (se contraignant à cacher son émotion, sans se retourner, ni le regarder)
Ne dis pas un seul mot, Anatole,
Pas un geste ;
Veux-tu ou non rester ?
Car pendant ces vingt ans,
Sans bouger, en silence
Moi, je t’ai attendu ;
Je n’ai jamais douté,
J’ai toujours su que tu reviendrais vers moi, Anatole ;
Je respirais à peine,
Pour que la Vie glisse indifférente et
Que rien ne change en moi de tout ce que tu avais aimé ;
Et seule, cachée
Je n’ai fais que t’attendre.
Ah, horreur, et désespoir, amer,
Que laisser fuir les jours
Sans fin, sans bornes !
Mal, si mal,en vain, vouloir
Voler au cœur qui bat
L’espace, le temps !
Habiller de glace sa beauté dans le vide-
Beauté, ce don sans lendemain.
J’ai réussi, pour toi !
Ecoute, entends, comprends bien :
(tendrement)
Si tu ne m’aimes plus,
Je t’interdis de me regarder, Anatol
Sans amour
Ne te risque pas à plonger dans mes yeux
Car tout tombe en poussière
Dès que l’Amour est mort.
Dis-le Anatole, est-ce que tu m’aimes ?
Du même amour qu’aux jours passés ?
Car si c’est fini, je te supplie
De t’en aller, sans me revoir !

ANATOLE (avec simplicité)
Oui, je crois, je vous aimerai.

(Vanessa se retourne et le regarde.)

VANESSA
Ah, non, ah non ! Grands dieux ; qui êtes-vous ?
Traître, imposteur !
(Elle hurle) Erika Erika, à l’aide !
(Erika surgit.)
Ce n’est pas lui, ce n’est pas lui.
Un inconnu, je ne l’ai jamais vu. Fais le jeter dehors.
Aide-moi, aide-moi à monter, je vais m’évanouir.
(Erika la soutient pour sortir. Anatol, resté seul –il n’a pas bougé pendant toute la scène précédente, avance sans vergogne, rallume plusieurs lampes, examine la pièce avec curiosité. Erika revient, essouflée.)

ERIKA
Qui êtes-vous ? Pourquoi êtes-vous venu ? Il faut partir tout de suite.


ANATOLE
Mais je n’ai pas menti. Je suis Anatole. Lorsque mon père est mort…

ERIKA
Quand votre père est mort… Oh non ! Pauvre Vanessa. Après tant de rêves et une si longue attente ! Ah quel jeu de dupe est pardois la Vie, la Mort compte les points à l’envi. Pourquoi ne pas l’avoir prévenue, ne pas le lui avoir écrit ?

ANATOLE
Dans ma jeunesse, ce nom résonne, Vanessa.
Comme une flamme il écorchait les lèvres de ma mère, allumait dans l’œil de mon père le regret. Maintenant orphelin, on m’a conduit ici pour voir enfin la femme qui hanta ma maison : Vanessa. Mais qui êtes-vous?

ERIKA
Parfois je suis sa nièce, mais plus souvent son ombre.
Mais vous devez partir, vous l’avez entendue.

ANATOLE
Vous n’aurez pas le coeur de me renvoyer dans la tempête.
Dites-lui qui je suis, elle permettra que je passe la nuit.
(Il s’approche d’un des miroirs voilés et soulève le drap.)

ERIKA
Ne faites pas ça. Elle ne supporte pas la vue des miroirs.

ANATOLE (s’approchant de la table du souper)
Ce couvert, c’était donc pour lui ? (Se saisissant de la bouteille) Ah, Romanée-Conti, mon père adorait ce vin.Puis-je allumer les bougies ?
(en les allumant, comme s’il pensait à haute-voix)
Moi aussi, j’aime la bonne chère et le bon vin…
Mon père a tout perdu à force de rêver, tandis que ma mère achetait
De subtils poisons pour briser ses rêves.
Et je ne peux jamais goûter qu’aux vins des autres.
M’accompagnerez-vous pour dîner ?

ERIKA
Ce n’est pas ma place. D’ailleurs ce n’est pas pour moi que venez de si loin boire le vin des autres.

ANATOLE
Pas plus qu’on ne m’attendait moi.
Je suis le faux Dimitri, le Prétendant ; soyez ma Marina !
(il ouvre la bouteille et verse un verre.)
Vous ne souriez jamais. A table ! (Erika s’asseoit) C’est un antre sauvage et solitaire pour une jeune fille. N’est-ce pas comme si nous étions depuis toujours en tête-à-tête ?
(levant son verre) Comment t’appelles-tu ?

ERIKA
Erika.


Dernière édition par le Ven 2 Mar - 22:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://absolutezero.1fr1.net
Sud273
Admin
avatar

Nombre de messages : 419
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: BARBER-MENOTTI Livret de Vanessa (français)   Ven 2 Mar - 20:52

ACTE II


Même décors. Un mois plus tard, un dimanche matin. La table du petit déjeûner est dressée dans le jardin d’hiver, A travers les vitres givrées des baies, on aperçoit au loin le parc, couvert de neige. La Baronne et Erika sont assises dans la pièce principale.

LA BARONNE
Et puis ?

ERIKA
Il m’a fait boire trop de vin… Je l’ai conduit à sa chambre… Je suis restée toute la nuit.

LA BARONNE
La nuit même de votre rencontre ?

ERIKA
La seule nuit.

LA BARONNE
Erika, Erika, toi si fière et si pure.

ERIKA
Je ne fus ni fière ni pure cete nuit-là. Après qu’il m’embrassa, ça semblait si naturel d’obéir.

LA BARONNE
Que trouvais-tu à un tel homme ? Quand j’étais jeune un homme entra dans cette maison en conquérant, portant haut son amour : mais cet Anatole, oh ce chevalier douteux, qui pénétra comme un voleur, quel sorte d’homme est-ce là ?

ERIKA
Si seulement je le savais, je comprendrais l’a haine et l’amour que je lui porte.

LA BARONNE
Et maintenant ? compte-t-il réparer ?

ERIKA
Oui, il m’épousera, si je le veux ; mais je me moque de son honneur si ce n’est que pour sauver le mien. C’est son amour que je désire, et non brûler, moi, sans raison.

LA BARONNE
Il t’aime ou non ?

ERIKA
Il le dit, mais je ne le sens pas capable d’amour. Il ne sait pas ce qu’est l’amour, ses mots sont aussi légers que ses baisers.

LA BARONNE
Il est trop tard pour peser et balancer ; tu dois faire ce qu’il faut.

ERIKA
Le devoir ?
Toute femme n’a-t-elle pas le droit d’attendre la venue de son véritable amour ?
Le premier, le dernier, l’unique amour ?
Ah, si j’en étais sûre, je volerai vers lui, ne laissant sur mes pas que des contrées brûlées.
Non, lui ne tremble pas quand nos yeux se rencontrent ;
Le souvenir de cette nuit n’efface pas de ses lèvres son sourire moqueur.

LA BARONNE
Alors, c’est toi qui ne l’aimes pas ?

ERIKA
SI, j’aime quelqu’un qui lui ressemble.

LA BARONNE
Ma pauvre enfant, l’amour n’épouse jamais la couleur de nos rêves.
Et lorsque c’est le cas, gare aux déguisement !

ERIKA
Alors, grand-mère, porter ce que je ressens n’est qu’un menu fardeau, ai-je le droit de briser le cœur d’une autre ?

LA BARONNE
Quelle coeur ?
(On entend le rire de Vanessa dans le jardin d’hiver.)

ERIKA
Le sien, bien sûr, tu n’as rien vu ? Elle l’aime bien plus que moi, car elle est aveuglée.

LA BARONNE
L’imbécile !

(Vanessa et Anatole, en tenue de patineurs, sortent du jardin d’hiver, leurs patins à la main.)

VANESSA
Maintenant te voilà aussi bon patineur que l’était ton père.

ANATOLE
Il se pourrait que j’ai plus de chance que lui.

(Ils pénètrent dans la pièce principale.Pendant le dialogue qui suit ils ôtent leurs manteaux, leur écharpe, etc… Le Majordome s’en saisit.)

ANATOLE (à Erika)
Bonjour Erika, pourquoi ne pas se joindre à nous ?

ERIKA
Tu as oublié de me le demander.

ANATOLE
Vraiment ? (se dirigeant vers La Baronne) Ah, bonjour Madame la Baronne.

VANESSA
Inutile de gâcher ta salive. Elle ne nous parlera pas, mon ami : elle est si vieille qu’elle ne comprend que le langage de la jeunesse.

ANATOLE
Ne sommes-nous pas jeunes ?

VANESSA (moqueuse)
Il y a longtemps que nous avons perdu notre innocence, mon cher.

(Le Docteur entre, introduit par le Majordome.)

LE DOCTEUR
Bonjour, bonjour.

VANESSA
Bonjour Docteur.

LE DOCTEUR
Quel joli couple vous faisiez, en patins sur le lac ! (il fait un clin d’œil) Je vous ai vus, je vous ai vus.
(Entre tremps deux serveurs sont apparus dans le jardin d’hiver, apportant le café et le petit déjeûner.)

VANESSA
Vous devriez déjeûner en vitesse, sinon nous serons en retard à la chapelle.

LE DOCTEUR
Ah, comme il fait bon voir cette maison pleine de vie à nouveau !

VANESSA
Oui, cher Docteur. Proche est le jour peut-être où je ferai lever les voiles des miroirs et des portraits.

LE DOCTEUR (à Anatole)
Ah, jeune homme, c’était bien gai ici autrefois.

VANESSA
Le jour est peut-être proche où je ferai rouvrir tous les salons, pour donner le plus grand bal des environs.

LE DOCTEUR
Vous souvenez-vous, quand vous étiez enfant, les pique-nique et les jeux ?

VANESSA
Oui, oui. J’illuminerai le lac de lanternes chinoises, les collines de feux de bengale : j’inviterai les paysans avec leurs crin-crins et leurs accordéons.
LE DOCTEUR
Vous rappelez-vous nos dances de campagne, Milady ?

VANESSA
Vous n’êtes donc pas trop âgé pour danser, cher Docteur ?

LE DOCTEUR
Quelle impertinence ! (il esquisse quelques pas de danse et fredonne)
« Sous le saule pleureur… »
(se tournant vers Vanessa) Allons, venez, montrons leur qui dance le mieux ici ! »
(Il danse avec Vanessa en chantant)
« Sous le saule pleureur,
Deux pigeons en larmes,
Sous le saule pleureur,
Deux pigeons en pleurs
Où dormons-nous ma mie
Quand s’envoler ?
Construisons notre nid
Dans le peuplier.
Le bois a volé la lune
Le lac a volé le bois,
La grenouille a avalé
La clé de chez moi. »

ANATOLE
Ah, charmant, charmant, j’aimerais pouvoir rivaliser avec vous Docteur.

LE DOCTEUR
Bêtises, mon ami : donnez moi la main que je vous montre les pas.
Pied droit, là.

VANESSA et ERIKA
« Sous le saule pleureur
Deux pigeons en larmes…

LE DOCTEUR
Arrière, à gauche… en avant, glissez… Une, deux, trois, à l’envers, deux, trois, un … (etc)

(Tous rient devant la maladresse d’Anatole qui s’y perd)

LE DOCTEUR
Non, non ! Mais qu’est-ce qu’ils vous apprennent donc à l’école !

ANATOL
Une, deux, droit… Une deux, gauche.

LE DOCTEUR
Voilà qui est mieux.


VANESSA
Cessez vos bêtises et dépéchez-vous de prendre votre déjeûner ! Je dois monter me changer.

(Le docteur prend Anatole par le bras et l’entraîne vers le jardin d’hiver.)

LE DOCTEUR (en sortant)
Et que diriez-vous d’une partie d’échec mon jeune ami ?

ANATOLE
J’ai bien peur de ne pas savoir jouer à ça.

LE DOCTEUR
Le monde a donc bien changé ! Je n’arrive pas à imaginer à quoi les jeunes gens occupent leurs soirées de nos jours.

(Ils sortent, on les devine assis à table, se servant le petit déjeûner.)

VANESSA
Erika, je suis tellement heureuse … Je le sais, c’est bien lui que j’attendais.
J’ai gardé pour lui ma jeunesse : il m’a envoyé son double de 20 ans. Anatole, Anatole !

ERIKA
Tante Vanessa, ne laisse pas un nom t’abuser. C’est un autre homme qui est là.

VANESSA
Non, non Erika. Il porte le destin de son père en lui, il le sait, il le sait.

ERIKA
Pourquoi dites-vous ça ?

VANESSA
Laisse-moi te raconter ce qui s’est passé ce matin.

ERIKA
Il s’est passé quoi ?

VANESSA
Oh rien, une chose qu’il a dite…

ERIKA
Et qu’a-t-il dit ?

VANESSA
(aria colorature supprimée de la révision de 1964)
Nos bras mêlé, nos mains liés, nos doigts noués,
Nous glissions sur le lac gelé.
Pareil au vent il me poussait
Feuille emportée je m’envolais (vocalise).
Si vif, si froid pour respirer,
Enfant ravis, vivant l’instant !
Mais soudain, il me lâcha,
Virevolta, puis stop,
Dans mes yeux plongé (oh oui !)
Essoufflé des nuées de buée
Embrûmaient son visage flou.
A l’arrêt, j’attendis…inquiete… Ah !

Puis il a dit : « Noël est proche
Et l’hiver écoulé
Il est temps pour moi de partir aussi,
Mais le cœur me manque pour m’en aller »

ERIKA
C’est ce qu’il a dit ?

VANESSA
Oui, ses propres mots

ERIKA
Et puis ?

VANESSA
J’ai demandé ! « qui te rend si faible ? »

ERIKA
Et qu’a-t-il dit ?

VANESSA
Prenant ma main…

ERIKA
Prenant ta main…

VANESSA
Il a répondu : « J’étais un invité, je ne repartirai qu’en maître ? »

ERIKA
Il a dit ça

VANESSA
Oh oui, Erika.

ERIKA
Puis ?..

VANESSA
Il y eut un long silence.

ERIKA
Et puis ?..
VANESSA (elle se lève en riant)
Ah, ah, que ma nièce est curieuse !
(Elle se dirige vers le jardin d’hiver où l’on aperçoit Le jeune Pasteur qui, à peine arrivé converse avec le Docteur et Anatole)
Mon dieu, voilà le Pasteur ; allons, vite ! Bonjour, Pasteur, nous serons prêts dans un instant.
Prenez une tasse de café avec nous.
(Elle réapparait, puis ressort, le temps de déclarer)
Ah, que je suis heureuse, ce matin, si heureuse !
(Exit.)

ERIKA (à la Baronne)
Tu as compris ?

LA BARONNE
Tu dois parler, ou tu le perds.

ERIKA
Je veux son amour, pas sa capture.

LA BARONNE
Même pour l’amour, on doit se battre.

ERIKA
N’est-ce pas à lui de le faire pour moi ? Vanessa ou moi, ça lui est égal.

LA BARONNE
Il a vu ton argent avant de voir tes yeux.

ERIKA
Pourtant, pourtant… Ses baisers cette nuit-là !.. comment oublier ses baisers !
Dis-moi, gran-mère, quel genre d’homme est-ce là ?

LA BARONNE
C’est l’homme d’aujourd’hui : il ne voit que ce qu’on lui donne ; il choisira le plus facile.

ERIKA (au désespoir)
Pourquoi perdre mon temps alors ? alors que je me meurs d’amour ?

(Anatol surgit dans la pièce principale, tandis qu’on voit le Pasteur et le Docteur en grande discussion dans le jardin d’hiver.)

ANATOL
Hola ! hola, sauvez-moi de leurs discussions. Entre un ministre et un docteur, on sombre à coup sûr corps et âme !

ERIKA
Je dois te parler, Anatole.

ANATOL (regardant en direction de la Baronne)
Quoi ?.. Ici ?

ERIKA
Elle est au courant de tout ; c’est une tombe, comme ma propre conscience.

ANATOLE
Qu’y a-t-il donc ?

ERIKA
C’est vrai ce que tu as dit à Vanessa ce matin ?

ANATOLE
Ce matin ? moi ?

ERIKA
Arrête de mentir !

ANATOLE
Aha, le petit sphinx réclame des réponses.

ERIKA
Je suis en droit de le faire !

LA BARONNE
Ecoute-le Erika. Sois patiente avec lui !

ANATOLE
Ne m’a-tu pas dit que j’étais libre ?

ERIKA
Bien sûr, bien sûr, et qui suis-je pour t’attacher si le souvenir n’y parvient pas ?

ANATOLE
Comment pourrais-je oublier cette fameuse nuit, qui t’a rendue sombre et amère ?

LA BARONNE
Fameuse nuit !

ERIKA
Et toi, qu’es-tu devenu depuis ?

LA BARONNE
Attention, Erika, ou il va s’en aller !

ANATOLE
Je ne me suis pas tu, je te l’ai déjà dit, et là, devant témoin, ta grand-mère, je le demande encore : veux-tu m’épouser ?

ERIKA
Et toi, que feras-tu si je te réponds non ?

ANATOLE
Que répondre à cela ?
Qu’il ne me reste plus qu’à me couper la gorge ?
A passer le restant de mes jours, comme un moine, à chanter Te Deum, laudamus ?

ERIKA
Comme je hais ton rire !

ANATOLE
Quelle sentimentalité enfantine !
Tu est la femme d’un autre âge.

ERIKA
Le cœur humain a bien changé ?

ANATOLE
Hors de ces murs tout a changé ;.
Le temps file avec fureur :
Les actes vains n’ont plus leur place
Les serments d’amour éternel,
Nous savons aujourd’hui
Que c’est mensonges.
Mais le bref plaisir des passions oui,
Une longue et douce amitié.
Qui peut résister à ta beauté, Erika ?
Oh nous serions bien heureux, ensemble
Connais-tu Paris, et Rome, Budapest et Vienne ?
Les velours des dîners précieux,
Les côtes d’Espagne en solitaire,
Les ors des grands hôtel pour dancer,
Les marbres des gares pour les au-revoirs ?
Tout ça, pour nous, ensemble
Si tu voulais m’aimer,
Et, qui sait, mon amour durerait peut-être, Erika.
Car la vie est si courte.

ERIKA
Ah, tu as bien peu à offrir ! Je voulais que l’amour m’aveugle, et je ne te vois que trop bien.

ANATOL
Alors, quelle est ta réponse ?
(Vanessa, habillée pour l’église, surgit dans la pièce.)

VANESSA
Me voilà, dépêchons-nous, ne faisons pas attendre ce pauvre Pasteur.
(Elle tire un cordon puis s’approche de La Baronne)
Voici votre châle, Mère, et votre bréviaire. Docteur, lui donnez-vous le bras ?

(Entre le Majordome.)

LE DOCTEUR
Oui, madame la Baronne.

VANESSA
Envoyez les domestiques à la Chapelle. Erika, pas encore prête ?

ERIKA
Ne m’attendez pas, Tante Vanessa ; je vous rejoindrai plus tard.

(La Baronne a mis son châle. Une femme de service lui a apporté des gants et un bonnet à cordon. La baronne les chausse, aidée par la bonne.)

VANESSA
Vous êtes prête ?

(On entend sonner les cloches de l’office. La Baronne s’est levée de sa chaise : elle donne le bras au Docteur et marche en direction du jardin d’hiver où une groupe de domestiques attend. Elle se retourne, vers Erika, puis continue son chemin. Le Docteur et la Baronne s’arrêtent à la porte du jardin d’hiver .)

LE DOCTEUR
Même à votre vieux Docteur vous refusez de parler. Comment l’apellerez-vous quand viendra l’heure ?

(Sortent le Docteur et la Baronne)

ANATOLE (offrant le bras à Vanessa)
Puis-je prendre votre bras, Baronne ?

VANESSA
Appelez-moi seulement Vanesa.

(Les deux couples sortent du jardin d’hiver, et disparaissent en direction de la chapelle sous les saluts des domestiques qui les suivent. Erika, restée seule arpente la pièce en proie à une grande angoisse. Elle s’arrête devant un des miroirs et le dévoile lentement ; elle enlève le crèpe d’un second. Elle prend une chaise, va vers la cheminée, monte sur la chaise et dévoile le tableau qui trône au-dessus de l’âtre, révélant un grand portrait de Vanessa en robe de bal, dans tout l’éclat de sa jeunesse. Elle descend de la chaise et regarde fixement le portrait. On entend, venu de dehors, des bribes d’un premier Hymne religieux. Erika hésite à partir. Une bonne lui apporte sa cape ; elle la renvoie.)

HYMN (au loin, dans la chapelle)
Matin de joie et de lumière,
Ton amour est notre salut ;
Unissons nos voies en prière.
Le cœur tremblant nous sourions,
Nous chantons l’éclat de ton nom :
Toutes nos peurs par la nuit bues,
Célébrons le jour rayonnant,
Car la joie qui naît de tes larmes
Rempli nos cœurs de tous les charmes
Et nous rend heureux et confiants.
Amen.

ERIKA (hurlant en direction du jardin)
Non, Anatole, ma réponse est non.
Sois donc à Vanessa,
Elle, qui, pour si peu
Attendit si longtemps !
(Elle s’effondre sur le sofa dans des pleurs hystériques.)


Dernière édition par le Ven 2 Mar - 22:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://absolutezero.1fr1.net
Sud273
Admin
avatar

Nombre de messages : 419
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: BARBER-MENOTTI Livret de Vanessa (français)   Ven 2 Mar - 20:53

ACTE III

Le soir de la Saint-Sylvestre. Le hall d’entrée de la demeure. A droite , un escalier qui mène aux chambres à l’étage. Au fond une ouverture en arche, très large par laquelle on aperçoit une partie de la salle de bal. A gauche l’entrée principale du manoir. Au lever de rideau le hall est vide ; seul Nicholas, le Majordome arrange les manteaux de fourrure, les étoles, les chapeaux sur un porte manteau, à plat, et un Valet de pied, qui se tient à l’entrée de la salle de bal. On aperçoit des couples qui dansent au son d’un orchestre invisible. Après quelques secondes, le timbre de la porte d’entrée retentit ; Nicholas ouvre et aide un couple de retardataires à disposer de leurs vêtements d’extérieur.

VALET DE PIED
Le comte et la comtesse d’Albany.

MAJORDOME
Tout le monde est là ou presque. Va aider à l’intérieur. Je surveille l’entrée.
(Comme le Valet de pied disparaît, Nicholas s’approche du porte-manteau où pendent les fourrures, et frotte sa joue contre un des manteaux avec un profond soupir.)
Ah, ces jolies fourrures… si douces, si bien parfumées. Tout ce que je connaîtrai jamais de telles femmes…

(Le Docteur, un peu ivre, sort de la salle de bal, un verre de champagne dans chaque main. Il regarde Nicholas avec étonnement.)

LE DOCTEUR
Eh, mon gaillard ! tu avais donc une âme !
Quelle soirée, quelles femmes, quel champagne ! Qu’est-ce que je fais avec deux verres ?
J’en portais sans doute un à une belle lady ; mais à qui ? Tant pis…
(Il boit lui-même les deux verres.)
Je n’aurais pas dû être docteur, Nicholas. Un galant homme, un poète, ça c’est tout moi.
Un corps nu, qu’est-ce là pour un docteur ? On en voit tous les jours.
Mais, sous un chandelier, avec la bonne musique, le bon parfum, un seul bras nu, une épaule… Oh ciel, je perds la tête !
M’avez-vous vu danser avec Mademoiselle Doriat ?
Elle n’est plus si jeune, c’est certain, un peu en chair, peut-être, un peu grande pour moi.
Mais oh, le pied si léger, si douce, si blonde. Tra la la la la…
« Docteur, cher Docteur, non pas si vite cher Docteur ! »
Son foulard bleu qui me caresse…
Sa poitrine qui bat sous mon menton…
« Docteur, cher Docteur, non pas si vite cher Docteur !.. »
(Il titube .)
Oh la la, je dois cesser de boire. Je dois annoncer leur mariage.
Oui, Nicholas, oui, ils ont choisi le vieux médecin de famille pour livrer la nouvelle.
C’est trop charmant… vraiment touchant.
(Il tâte ses poches)
Seigneur, où est donc mon discours ?
Je n’aurai pas dû boire autant, je vais tout mélanger.
Auriez-vous un peigen à me prêter Nicholas ?
(Pendant qu’il se repeigne face à un miroir ; Vanessa entre, replendissante dans sa robe de bal, l’air berveux et agité. Nicholas se retire pendant la conversation suivante.)

VANESSA (au Docteur)
Vous voilà !

LE DOCTEUR
Oui, oui, je suis prêt. Pas d’inquiétude, je le sais par cœur.
(commençant à déclamer) Mesdames et Messieurs…

VANESSA (l’interrompant)
Oh taisez-vous ? Vous ne voyez pas mon inquiétude ? Elles ne descendent pas.

LE DOCTEUR
Zut alors. Nous ferons l’annonce sans eux.

VANESSA
Ça ne me surprend pas de Mère, mais Erika… Pourquoi ? Que dirons les gens… ma propre nièce…

LE DOCTEUR
Un peu timide, un peu timide, c’est tout.

VANESSA
Docteur, allez-y je vous prie. Elle ne veut pas m’ouvrir, ni répondre.

LE DOCTEUR
Je vais voir ce que je peux faire.
(montant l’escalier et se parlant à lui-même dans son essouflement)
« Docteur, cher Docteur, non pas si vite cher Docteur ! »

(Entre Anatol, il vient de la salle de bal.)

ANATOLE
Enfin je te trouve, ma Vanessa, mon Ariane.
(Vanessa s’asseoit sur les marches et se couvre le visage de ses mains comme si elle allait pleurer.)
Qu’est-ce qui te retenait ? Qu’y a-t-il, Vanessa ?

VANESSA
Je suis si faible Anatole, et j’ai peur.

ANATOLE
Peu de quoi, mon amour ?

VANESSA (avec une colère soudaine)
Pourquoi ces deux là ne veulent-elles pas descendre ?
Perchées sur leur séant comme des harpies qui couvent
Prêtes à se jeter sur une charogne.

ANATOLE
N’aies pas peur, Erika viendra, je le sais, elle me l’a promis.

VANESSA
Pourquoi bâtir alors ce mur de silence autour de mon bonheur ?

ANATOLE
Oublie, oublie, je t’aime mieux quand tu oublies, souries.

VANESSA
Qu’y a-t-il que j’ignore ?
Me serai-je trompés, pendant vingt ans ?
Y a-t-il quelquechose que tu me caches, Anatole ?

ANATOLE
Fruit d’amour, cœur amer, Vanessa.
N’y mords pas trop fort, Vanessa.
Sans questions sur le passé
Qui se nourrit du passé ne reçoit que leurres.
Forge un amour veuf
Qui renaît sans cesse, Vanessa,
Le mien est tout neuf.

VANESSA
Fruit d’amour, cœur amer, Anatol.
Laisse moi goûter l’amertume avec toi.
Je n’en prendrai pas beaucoup
Pourvu que tu donnes tout,
Oui que tu donnes tout
Mon amour ne peut naître
Croître ni cesser d’être
Il n’a ni temps ni heure.

ANATOL
A tes questions
Répond un baiser de mes lèvres

VANESSA
Ah, un baiser, c’est peu de mots

ANATOLE
Je n’ai pas demandé qui tu attendais
Le soir de notre rencontre, ce premier soir

VANESSA
Toi seul Anatole, toi seul, mon amour

ANATOLE
Non Vanessa, car je suis né ce soir-là

VANESSA
Toi seul Anatole, toi seul
Comme un phénix ardent en vol
Né des cendres de mes rêves morts

ANATOLE
Dispersons ces cendres dans le vent, Vanessa
Vole à mes côtés, Vanessa

VANESSA (dans un baiser)
Je te suis, je te suis, pour toujours.

LE DOCTEUR (descendant les escaliers)
Pas de quoi s’inquiéter, un peu timide peut-être. Elle descendra, dit-elle, plus tard.

VANESSA
Ah, bien procédons : nous ne pouvons plus attendre.
(Au Majordome qui se tient près de la porte)
Faites entrer nos gens ; qu’il restent près de l’entrée. Ils pourront commencer à danser après l’annonce.
(Elle rentre dans la salle de bal.)

ANATOLE (au Docteur, tout en suivant Vanessa)
Qu’a-t-elle dit vraiment ?

LE DOCTEUR
Elle ne m’a pas parlé.
(Tous entrent dans la salle de bal. Un groupe de paysans, conduit par le Majordome, travers e le hall, formant un mur compact, dos au public. Musique au loin. Soudain, Erika apparaît au sommet de l’escalier, dans une robe de bal immaculée, tentant désespérément de trouver une contenance. Après un instant d’hésitaiton elle commence à descendre. La musique de la salle de bal s’éteint ; on n’entend plus que la rumeur des conversations.)

LA VOIX DU DOCTEUR
Silence, faites tous silence, s’il vous plait.
(En entendant la voix du socteur, Erika s’arrête net, au milieu des escaliers, comme saisie d’un malaise. Elle porte les mains à son ventre.)
Mesdames et Messieurs, J’ai l’honneur , en tant que le plus vieil ami de cette noble famille, qui des années durant, nous a montré l’exemple de ce qui représente les meilleures traditions de ce pays, d’annoncer le prochain mariage de notre chère baronne Vanessa von…
(Erika, toujours dans l’escalier, défaille. Une bouffée de musique couvre les derniers mots du Docteur. Quand la musique cesse, on entend des applaudissements.)
Maintenant, portons un toast, à cet heureux couple.

CHŒUR (dans la salle de bal)
Prosit ! A votre santé !
(Au moment où l’orchestre commence une danse campagnarde, les paysans rentrent dans la salle et commencent à danser ; on ne les voit que par instant. Tandis que les dances s’organisent, le Majordome pénètre dans le hall, venant de la salle de bal. En voyant Erika, il court vers l’escalier.)

MAJORDOME
Mademoiselle, mademoiselle ! (Il l’agite, gentiment) Répondez-moi ! Qu’est-ce qui se passe ?

ERIKA (reprenant conscience)
Oh, ce n’est rien, rien… vraiment.

MAJORDOME
Faut-il aller chercher le docteur ?

ERIKA
Non, s’il vous plait ne dites rien à personne. Je vais descendre.

MAJORDOME (l’aidant à se relever)
Puis-je vous apporter quelquechose ?

ERIKA
Non, merci, laissez-moi, je désire rester seule.
(Le Majordome la laisse, à contre-cœur. Continuant à se tenir le ventre)
Son enfant, son enfant ! Il ne peut pas naître. Il ne doit pas naître.
( Elle descend lentement le reste de l’escalier, avance jusqu’à la porte d’entrée, l’ouvre et s’enfuit dans la nuit. On entend le bruit du vent dehors. Dans la salle de bal, les dances se poursuivent, un couple de danseur s’égare par instant dans le hall. Après un moment, la Baronne, échevelée, en robe de chambre, apparaît au sommet de l’escalier.)

LA BARONNE
Erika, Erika ! (elle commence à descendre) C’était toi, Erika ?
J’ai cru entendre tes pas dans la neige ; j’ai peur. Oh si seulement je pouvais appeler quelqu’un !
(Elle va vers la porte ouverte, regarde à l’extérieur, ses cheveux défaits s’agitent dans le vent.
Elle crie dans la nuit)
Erika, Erika !
(Les danses continuent. Vent et neige à l’extérieur. On aperçoit brièvement Anatol et Vanessa qui dansent.)


Dernière édition par le Ven 2 Mar - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://absolutezero.1fr1.net
Sud273
Admin
avatar

Nombre de messages : 419
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: BARBER-MENOTTI Livret de Vanessa (français)   Ven 2 Mar - 20:54

ACTE IV


Scène 1

La chambre d’Erika. Quelques heures plus tard. Sur la droite, une petite alcove, dans laquelle on devine une partie du lit. C’est l’aube. La Baronne est assise devant une petite cheminée, dos tournée au public. Le Docteur se tient près d’une fenêtre, scrutant l’extérieur avec angoisse. Vanessa, en robe de chambre, fait les cent pas avec nercosité. A l’extérieur, cris, appels et aboiements de chiens.

VANESSA
Pourquoi personne ne m’a-t-il prévenu ? Tout le monde était-il aussi aveuglé que moi pour ne pas lire la tristesse sur son visage.
(Elle écoute les hurlements des chiens dans le lointain.)
Le jour va se lever, ils ne l’ont pazs trouvée.
Erika, Erika pourquoi as-tu agi ainsi ?
(Au Docteur) Vous êtes son docteur et son ami depuis toujours. Comment se fait-il que vous n’ayiez rien vu ?

LE DOCTEUR
J’ai toujours su que j’étais un mauvais docteur, je sais maintenant que je suis un mauvais poète, car je n’ai pas appris à lire le cœur humain.

VANESSA (se tournant brusquement vers la Baronne)
Et vous, certainement vous savez quelque chose.
Oui, c’est vrai, vous ne direz rien. Que vous ai-je fait pour devoir supporter votre absurde silence ? Oh, je vous haïrais si vous n’étiez ma mère.

LE DOCTEUR
Ne dites pas ça.

VANESSA
Pourquoi ne la trouve-t-on pas ? Tout le village est à sa recherche.

LE DOCTEUR
Elle n’a pas pu s’en aller loin avec ce froid glacial.

VANESSA
Et s’ils la trouvent, et qu’elle soit morte !

LE DOCTEUR
Allons, allons, pas de conclusions hâtives, cesez de désespérer.
Tout est peut-être bien moins grave. Ils n’ont pas trouvé trace de ses pas dans la neige près du lac, et la glace n’était pas brisée.

VANESSA
Quoi les pires douleurs viennent
De ceux que nous aimons le plus ?
Erika, Erika, ma douce Erika,
Qu’as-tu fait, pourquoi ?
Toi plus sauvage que la colombe des bois,
Toi plus humble qu’une rose ?
Toi que j’aime Erika, que j’ai toujours aimée
Comme la chair de ma chair, ma propre fille.
Briser mon cœur, ce soir
Alors qu’il battait à nouveau ?
Revien, reviens Erika !

LE DOCTEUR (avec excitation)
Là, voyez !.. un groupe d’homme vient vers la maison.

VANESSA
Vous croyez que…

LE DOCTEUR
Oui, ils la portent, ils l’ont trouvée ! (il sort en courant)

VANESSA (ouvrant la fenêtre, crie)
Anatole, Anatole, est-elle en vie ? (Elle attend une réponse, puis referme lentement la fenêtre, s’y appuyant pour ne pas tomber. La Baronne, qui s’est levée, l’implore du regard.)
Oui, oui, elle est vivante ; Dieu merci, oh merci mon Dieu !

(La porte de la chambre s’ouvre, Erika est portée par Anatole et un groupe de paysans, suivis du Docteur. Ils la déposent sur le lit dans l’alcove, elle porte toujours sa robe de bal.)

LE DOCTEUR
Là, là, tous doux.

VANESSA
Docteur, comment va-t-elle ?

LE DOCTEUR
Je crois que tout va bien. (A Anatole) Faites-les tous sortir.

ANATOLE (au groupe de paysans)
Mieux vaut vous en aller. Merci à tous. Il y a du vin en bas, et un bon feu dans la cuisine.
(Les paysans sortent sur la pointe des pieds. Le Docteur reste dans l’alcove avec Vanessa. La Baronne, qui est restée à l’écart du groupe, regagne sa place près du feu.)

VANESSA (sortant de l’alcove et s’appyant sur Anatole qui l’embrasse tendrement)
Oh, j’ai eu si peur ! Anatol, Anatol… (elle fond en larmes)

ANATOLE
Pauvre Vanessa, quelle nuit interminable ! Viens dans mes bras mon amour.
Oui, pleure, pleure dans mes bras.

VANESSA
Où l’avez-vous trouvée ?

ANATOLE
Sur le chemin du lac,
Cachée au creux d’un ravin
Un oiseau blessé.
Elle a dû tomber
Sa robe blanche était déchirée,
Tachée de sang.
Elle gisait là dans la neige
Comme une rose de Noël ;
Le froid avait givré son beau visage
Dans un noir et lourd sommeil.
Le bruit sourd de son cœur
Semblait un muet signal venu d’un autre monde.
Je l’ai soulevée dans mes bras,
Serrée sur ma poitrine.
J’ai dit son nom ;
Alors elle a soupiré.

VANESSA (au Docteur qui sort de l’alcove)
Comment va-t-elle ?

LE DOCTEUR
Laissez-moi seul avec elle, elle n’est pas prête à vous voir ;
(Tandis que le Docteur regagne l’alcove, Vanessa et Anatole se déplacent à l’opposé de la scène et s’assoient sur un petit canapé.)

VANESSA (avec une expression tourmentée)
Anatol…

ANATOLE
Oui, Vanessa.

VANESSA (lui prenant la main)
Anatole, dis-moi la vérité !

ANATOLE
Oui, Vanessa.

VANESSA
Sais-tu pourquoi elle a fait cette chose étrange ?

ANATOLE
Comment saurais-je ?

VANESSA
Anatole, ne me ments pas. Regarde moi droit dans les yeux. Est-ce qu’elle t’aime ?

ANATOLE
Je suis certain d’une chose : elle ne m’aime pas.

VANESSA
Jure-le !

ANATOLE
Je le jure.

VANESSA
Comment le sais-tu ?

ANATOLE
N’ai-je pas su que tu m’aimais, avant même que tu parles ?
Erika, elle, m’a jugé, avant d’avoir appris à aimer.

VANESSA
Puis-je te croire ?

ANATOLE
Demande à Erika ; elle ne ment jamais.

VANESSA
Arrache-moi à cette maison, Anatole ; il faut partir vite !
Car le chagrin des autres dresse des murs sombres entre nos cœurs.
Aide-moi à arracher ces liens, à prendre enfin mon vol !

ANATOLE
Oui, Vanessa, chaque jour d’attente t’ancre un peu plus dans le passé.
Abrite-toi dans mon amour.
Court est le jour des dupes, et court le jour des fous.
Abrite-toi dans mon amour : dupes et fous savent seuls voler !

LE DOCTEUR (sortant de l’alcove)
Plus d’inquiétude, elle ira bien. (Il barre la route à Vanessa et Anatole qui marchaient déjà vers l’alcove.) Non, pas encore, elle veut rester seule avec sa grand-mère.

VANESSA
Pourquoi ?

LE DOCTEUR
Allons, allons, il ne faut pas la contrarier.
(Il les conduit gentiment à la porte, qu’il referme derrière eux. Un long silence. La Baronne, seule devant le feu n’a toujourspas bougé.)

ERIKA (dans l’alcove)
Grand-mère !

LA BARONNE
Oui Erika.

ERIKA
Est-ce qu’il savent ?
LA BARONNE
Je l’ignore. Ils se mentent à eux mèmes et l’un à l’autre.

ERIKA
C’est bien.

LA BARONNE
… et ton enfant ?

ERIKA
Il ne naîtra pas, Dieu merci, il ne naîtra pas.
(La Baronne se lève et marche lentement vers la porte.)
Grand-mère, pourquoi me laisses-tu ?
(Sans répondre, La Baronne quitte la pièce. Erika restée dans l’alcove appelle)
Grand-mère, Grand-mère, réponds-moi !

Intermezzo - Scène 2

Le salon de l’acte I. Deux semaines plus tard. La Baronne se tient à sa place habituelle ; Anatole, en costume de voyage, et le Docteur conversent devant la porte-fenêtre qui ouvre sur le jardin. Il neige dehors. La porte en fond de scène est ouverte. On aperçoit l’agitation dans le hall, les domestiques qui montent et descendent les escaliers, portant des sacs et des malles.

ANATOLE
Le temps que nous arrivion à Paris, la maison sera prête.

LE DOCTEUR
Ah, dire que vous allez vivre à Paris. Vous allez me manquer tous les deux !

ANATOLE
Vous nous manquerez aussi, cher ami.

LE DOCTEUR
Je sais que vous formerez un couple heureux.

ANATOLE
Oui, nous aurons une très belle maison à Paris

(Vanessa, en costume de voyage et portant un chapeau à voilette entre dans la pièce.)

VANESSA
Je suis presque prête.

ANATOL (en l’embrassant)
Comme tu es jolie !

VANESSA
Assure-toi qu’ils ont mis tous les bagages dans le traîneau et qu’il fassent attention aux cartons à chapeaux.
(Elle sort dans le halle avec Anatole pour superviser le chargement des sacs et des malles.)
LE DOCTEUR (l’air pensif)
Pour tout amour il est un chant d’adieux
Pour tout jour décisif un salon vide
Nombreux les enfants que j’ai aidé à naître
Aucun d’eux ne remplace ceux qui s’en vont.
Toi qui fus une enfant, Vanessa
T’en souviens-tu…les rhumes
Les oreillons, la scarlatine ?
Toutes ces fois où j’ai baisé tes joues brûlantes,
Battus les nains méchants tout autour de ton lit !
Te souviendras-tu du vieux docteur parfois ?
Quand ton coeur affolé t’emportes loin de moi, si loin ?

(Vanessa rentre dans la pièce, suivie d’Erika, vêtue d’une simple robe noire : elle est pâle et tendue.)

VANESSA (au Docteur)
Et vous, mon ami, sur quoi marmonnez-vous ?

LE DOCTEUR (la voix chargée de larmes)
Oh, très chère, j’aurais voulu vous dire…

VANESSA
Oui, oui Docteur, allez aider Anatole.
(Elle l’emmène vers la porte qu’elle referme sur lui.)
Erika, assieds-toi près de moi. Maintenan que je suis marriée et que je pars pour Paris, qui peut dire quand nous nous reverrons ! Tu peux vivre ici aussi logtemps que tu voudras ; la maison, je te l’ai dit est à toi par testament ; ne le dis pas à Anatole s’il te plaît.

ERIKA
Non .

VANESSA
Nous serons absents des années. Peut-être pour toujours.

ERIKA
Je veux rester. Je n’ai pas peur

VANESSA
Tu es trop jeune pour rester seule ici.

ERIKA
Tu étais jeune aussi quand tu revins ici.

VANESSA
Oh, mais c’était différent.

ERIKA
Quelqu’un doit prendre ta place. (Elle regarde la Baronne) On ne peut pas la laisser seule.

VANESSA
Je ne t’oublierai jamais. Prends soins des azalées et des perruches, et n’oublie pas…

ERIKA
Sois sans craintes, Tante Vanessa. Ce sera comme si tu étais là.

VANESSA
Erika, avant de partir, tu dois me dire la vérité sur cette nuit.

ERIKA
Je t’ai dit la vérité, tante Vanessa.

VANESSA
Non, tu me caches quelquechose, et je dois savoir. Je ne peux vivre avec cette épine au cœur.

ERIKA
Pas de raison, c’était une bêtise : la fin de ma jeunesse.
(Une pause.)

VANESSA
Dis-moi, Erika était-ce à cause d’Anatole ?

ERIKA
Anatole, oh non, non !

VANESSA
Jure !

ERIKA
Je le jure.

VANESSA
Alors, pourquoi ? tu me tourmentes, Erika.

ERIKA
Tu rirais si je le disais, comme j’ai ri depuis.

VANESSA
Pourquoi ?

ERIKA
Je croyais aimer quelqu’un qui ne m’aimait pas.

VANESSA
Mais qui, le jeune Pasteur peut-être ? le garde-chasse ?

ERIKA
A quoi bon savoir, c’était une bêtise, et c’est fini.


VANESSA
Ce n’était pas un homme pour toi !

ERIKA
J’en suis sûre maintenant : ce n’était pas un homme pour moi.

(Anatole entre)

ANATOLE
Dépêche-toi si tu veux arriver à la gare avant la nuit.

(Vanessa regagne le hall où l’attend un groupe de domestique pour les adieux.)

VANESSA (à une bonne)
Apportez-moi mes affaires, Clara. (Elle l’embrasse.) Oh ne pleurez pas, mon enfant. (Elle dit un mot à tous les domestiques, qui, tout à tour, lui baisent la main)

ANATOLE (qui est resté près d’Erika dans le salon)
Il fut un temps, Erika, où j’ai cru que c’était avec toi que je quitterai cette maison.

ERIKA
Oublie-moi. Rends-la heureuse, Anatole. Souviens-toi qu’elle t’aime comme je ne t’eusse jamais aimé.

(Vanessa revient, suivie par le docteur.)

VANESSA
Laissez-moi regarder une dernière fois. Qui sait si je reverrai ces lieux !
(Elle regarde le jardin par la vitre. Long silence.)

TOUS (Quintette)

Laisser, partir,
Trouver, chérir,
Rester, attendre,
Rêver, reprendre,
Pleurer, se souvenir.
Aimer c’est tout cela,
Rien de ça n’est aimer.
Le bleu n’est pas le ciel
Ni la vague la mer.

ANATOLE
Laisser, partir…

LES AUTRES
Ah Anatole, bien dure à gravir
La route de retour du remords !


VANESSA
Trouver, cherir…

LES AUTRES
Pauvre Vanessa, mourir ainsi, sans rien tenir !

ERIKA
Rester, attendre…

LES AUTRES
Erika, Erika, n’embrasser qu’un pâle imposteur !

LE DOCTEUR, LA BARONNE
Pleurer, se rendre…

LES AUTRES
Et vous, vieux amis, que la mort vous emporte
Avant que le clair souvenir ferme la porte !

VANESSA
Adieu, Erika. (Elle l’embrasse.)

ERIKA
Adieu, sois heureuse, Tante Vanessa., je t’en prie.

VANESSA
Adieu, ma mère. (Elle embrasse la Baronne.)

ANATOLE
Adieu, Erika, quand je te reverrai, peut-être sauras-tu sourire.

ERIKA
J’espère que tu sauras tojours sourire quand je te reverrai. Adieu, Anatole.

LE DOCTEUR
Adieu, adieu, enfants chéris !

VANESSA
S’il vous plait, pas de larmes. Prenez le traîneau avec nous, nous vous laisserons au village.

ERIKA
Je vous ferai signe d’ici.

(Vanessa, Anatole et le Docteur quittent la pièce. Erika ferme la porte, elle est seule avec La Baronne. Elle va à la fenêtre et regarde la neige. On voit qu’elle fait un effort désespéré pour contenir l’angoisse qui ta terrasse. Au départ du traîneau elle trouve à peine la force de lever la main pour faire signe « au revoir ».

ERIKA (dans un cri)
Anatole, Anatole ! (Elle s’effondre sur une chaise, se prend la tête dans les mains.)
Non, plus jamais je ne dois prononcer ce nom. Heureux ceux qui ont la volonté de croire. Penses-tu qu’elle m’ait vraiment crue ? (Pause) Grand-mère ? (Pause)
Oh, j’ai oublié que tu ne me parlais plus non plus (Elle se lève et sonne.)
Je suis seule pour de bon !
(Entre le Majordome)
Voulez-vous voiler de nouveau tous les miroirs de la maison.

MAJORDOME (surpris)
Comment, Mademoiselle ?

ERIKA
Oui, tout comme avant. (Elle ouvre un tiroir dont elle tire des crêpes)
Commencez avec ceux-ci.
(Pendant que le Majordome aterré commence à voiler les miroirs, elle tire les rideaux des fenêtres.)
A partir d’aujourd’hui je ne recevrai plus de visiteurs. Prevenez le gardien que les portes du domaines doivent rester verouillées nuit et jour. Merci.
(Le Majordome sort. Erika s’asseoit devant le feu, à côté de sa Grand-mère.)
Ah, cela est bien. C’est maintenant mon tour d’attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://absolutezero.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BARBER-MENOTTI Livret de Vanessa (français)   

Revenir en haut Aller en bas
 
BARBER-MENOTTI Livret de Vanessa (français)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gian Carlo Menotti (1911-2007)
» Le Domino noir de AUBER
» Strauss - Ariane à Naxos
» I Puritani (Bellini, 1835)
» Disques disposant d'un livret traduit en français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Absolute zero :: MUSIQUE :: SAMUEL BARBER (1910-1981)-
Sauter vers: